Deuxième année de formation longue conteur-acteur

Vous êtes ici : Accueil > Ecole du conte > Formation longue conteur-acteur > Deuxième année

Programme de la formation

La deuxième année de la formation de conteur comprend 29 journées réparties comme suit :

Intitulé du cours Formateurs Durée
CONTE ET ECRITURE SCENIQUE 1 Christine ANDRIEN 2 jours
CONTE ET LECTURE SYMBOLIQUE 2 Monique MICHEL 2 jours
CONTE ET VERSIONS Anna ANGELOPOULOS 1 jour
CORPS, ESPACE ET GESTUELLE 2 Zazie PRIGNON 2 jours
LE CORPS QUI CONTE Didier KOWARSKY 2 jours
PAROLES ET TECHNIQUES DU CLOWN Odile BURLEY 2 jours
REPERTOIRE 1 Marc AUBARET 2 jours
TRAINING DU CONTEUR-ACTEUR 2 Christine ANDRIEN et Patrick FERY 10 jours
TRAVAIL DU PERSONNAGE 2 Aïni IFTEN 2 jours
VOIX 2 Anne ROMAIN 4 jours

Programme détaillé

  • CONTE ET ECRITURE SCENIQUE 1

    Un conte écrit doit subir un certain nombre d’ajustements pour pouvoir être dit (voir ateliers oralité). De la même manière, un texte prêt à être dit pour exister vraiment dans un acte scénique (rapport à l’espace, à l’auditoire…) doit être remanié à cette fin. Chaque participant choisit un conte (de tradition orale) auquel il appliquera un certain nombre de consignes, pour arriver en fin de travail à obtenir un « texte oral » qui peut être travaillé scéniquement.

  • CONTE ET LECTURE SYMBOLIQUE 2
    Deux journées pour découvrir et interroger deux symboles (un animal et un objet) à travers les différentes cultures où on les retrouve. Contes et récits mythologiques, allusions à l'histoire et à la littérature, Monique MICHEL vous invite à prêter l'oreille à ce que ces symboles disent à chacun d'entre nous, encore aujourd'hui.
  • CONTE ET VERSIONS

    Plusieurs contes qui sonnent familiers à nos oreilles, des personnages qui se ressemblent, des parcours qui se rejoignent, des contes de partout qui nous racontent la même histoire, ou presque.

  • CORPS, ESPACE ET GESTUELLE 2

    Ici et maintenant sont les grands défi du conteur : s'ancrer dans le sol et dans la relation. Laisser la parole couler de l'instant présent, trouver "sa" respiration propre.

    Zazie Prignon proposera des exercices pour guider cette exploration.

  • LE CORPS QUI CONTE

    La conscience du corps permet de s’exprimer et d’agir en mobilisant le corps tout entier. S'inscrire attentivement dans l'environnement permet d'enraciner l'action dans la réalité. Se laisser raconter c'est demeurer sans cesse disponible aux impulsions venant de soi-même, autant qu'à celles venant du milieu ambiant.

    L'attention, instant après instant, au lieu et à soi-même - l'ensemble constituant le corps du monde - est le gage d'une parole naturelle

    La parole initie le mouvement, le geste est le mouvement précisé. Lorsque la parole s'arrête, c'est dans le silence que le monde se raconte.

    Ce travail portera sur l'exploration et l'entraînement à cette attention particulière, et à la disponibilité requise pour la mettre en oeuvre. L'objectif ultime est de laisser sans cesse le monde se manifester à travers soi.

  • PAROLES ET TECHNIQUES DU CLOWN

    C'est un atelier d’exploration, de l’univers du clown à celui du conte.

    Est-ce qu’un conteur porte un clown en lui ? Qu’est-ce qui rapproche le clown du conteur ? Comment le clown interroge-t-il un conte ? Comment son regard décalé peut-il éclairer un conte et sa symbolique ? Un clown dans l’univers d’un petit chaperon rouge, qu’est-ce que cela donne ?

    Autant de pistes qu’Odile Burley propose d'aborder, par l'exploration de son propre clown, puis à travers la question de la relation au public, et celle des symboles des contes.

  • REPERTOIRE 1

    Durant le XXème siècle, nos sociétés contemporaines ont vécu un immense bouleversement, qui a eu pour conséquence de transformer l’essentiel des modes de transmission. La littérature orale, propre aux sociétés de tradition orale, s’est alors retrouvée réduite à un objet folklorique dénué de tout intérêt contemporain.

    Depuis les années 1960, ce répertoire est à nouveau sur « le devant de la scène », mais la plupart de ses fondamentaux restent méconnus par ceux qui l’expriment. Il semble cependant nécessaire de connaître la place de ces récits dans les sociétés traditionnelles, pour constituer un répertoire contemporain. C'est l'objet de cette fromation : éclairer les enjeux contemporains de ces récits à la lumière de leurs fonctions traditionnelles.

    Première journée

    1. Analyse des formes disponibles dans les répertoires traditionnels
    2. Du mythe au récit de vie
    3. Rapide historique des mutations des transmissions du répertoire au XXème
    4. De la nécessité d’un travail comparatif

    Deuxième journée

    1. Les sources disponibles
    2. De l’importance de la contextualisation des sources
    3. Les outils de composition orale
  • TRAINING DU CONTEUR-ACTEUR 2

    Un atelier pour travailler sur le sens des histoires et sur les émotions : le point de vue, la vie intérieure, et donc les importances relatives et le pourquoi de ce qu'on dit. Se poser constamment la question de la raison pour laquelle on choisit de dire ce que l'on dit nous amène à intérioriser le sens en fonction de nos histoires.

    Il sera également proposé aux participants de fictionnaliser leurs souvenirs personnels et intimes, de les raconter au « je » narrateur et au « il » personnage, afin de saisir les différences dans le récit qu’imposent ces deux points de vue radicalement différents.

  • TRAVAIL DU PERSONNAGE 2

    L'objectif de cet atelier est d'explorer toutes les possibilités vocales et corporelles présentes en nous, pour nous aider à raconter. Ce sera l'occasion de travailler l'interdépendance entre la voix et le corps. 

    La parole s’inscrit dans la voix, et le travail amène tout naturellement vers la mélodie, la chanson. Nous verrons comment cette chanson peut servir le récit et comment raconter une histoire en explorant toutes les possibilités vocales, de la voix parlée à la voix chantée.

    La parole s’inscrit aussi dans le corps, et c'est par l'implication du corps que nous pourrons trouver notre voix : travail sur la voix (respiration, placement vocal) et travail sur la théâtralisation (incarnation des personnages, travail sur l’espace, sur les résonateurs, improvisation...)

  • VOIX 2

    La première prise de contact que le conteur établit avec son auditoire se fait par le regard, mais aussi par ce que le corps va dégager, émaner, par son énergie et sa détente, par sa faculté à être disponible, donc par sa « présence ».

    Ensuite avec les mots, à travers sa voix et ses vibrations sonores, il raconte son histoire, et transmet des émotions et du sens. La voix est le plus riche et le plus subtil moyen de communication, elle fait le lien entre l'intérieur et l'extérieur, entre l'intime et le social.

    Les objectifs de la 2ème année :

    • Comment développer sa présence
    • Mise en place d'un échauffement vocal personnalisé
    • Découvrir et ouvrir les espaces de résonnance vocale