Le Journal de Félix

Vous êtes ici : Accueil > Spectacles > Jeune public > Le Journal de Félix (+ 8 ans)

Le Journal de Félix - Copyr. R. Noviello

lE JOURNAL DE FELIx

 Création 2014 / Public + 8 ans 

"Je m’appelle Félix et j’ai 10 ans. Jeanne, l’amie de maman m’a offert ce carnet pour que je puisse y écrire tout ce que j’ai envie. Je m’en fichais au début mais depuis que mon papa est parti à la guerre, j’ai des choses qui me tournent dans la tête et je me dis que peut-être que si j’écris elles cesseront de tourner.C’est pour ça que j’ai inventé cette histoire de roi des bleus et de roi des rouges, pour que ça arrête de tourner. Comme ça tourne encore un peu. Je vais continuer."

 

C’est l’histoire d’une guerre, celle de 14-18, vécue par un petit garçon, Félix. Par l’intermédiaire de son journal intime, on entend les lettres que son père écrit du front et qu’il adresse à sa femme Blanche ; on ressent des émotions fortes, des moments d’espoir et de courage, de solitude et de dépression… On participe aussi à sa vie quotidienne. On partage les questions qu’il se pose, ses doutes, ses peurs et ce qui se passe de l’autre côté du front, là où aussi se déroule la grande guerre…

Dans un langage simple, direct, percutant pour dire l’atrocité de cette guerre et l’aveuglement des états, le texte mêle chant, lettres et monologues. Il est porté par une musique hors du commun ainsi que par une création lumière qui donne à vivre une atmosphère oscillant entre réalité et rêve. Quatre artistes parlent pour que l’histoire vive, quatre artistes mêlent leurs voix pour que l’histoire ne se répète plus.

 

De et avec : Christine ANDRIEN, Marie-Noëlle BAQUET, Magali MINEUR et Corinne PIRE

Accompagnement scénique : Alice Martinache

Musique : Michel Rorive

Création Lumière : Frédéric Niçaise

Production: La Maison du conte de Bruxelles


Contact et diffusion

La Maison du conte de Bruxelles - +32 2 736 69 50 - info@maisonducontebxl.be

Lettres du Pays de la mort © R. Noviello

 Lettres du Pays de la mort © R. NovielloLettres du Pays de la mort © R. Noviello